• Censure

    Censure!

    La junte interdit un débat au FCCT sur le lèse-majesté

    La junte thaïlandaise a interdit la tenue d'un débat consacré à la loi de lèse-majesté du royaume, un autre coup dur pour la liberté d'expression dans un pays dirigé par l'armée.
    Le Club des correspondants étrangers de Thaïlande (FCCT), une association de journalistes, avait prévu d'organiser mercredi une discussion autour de la loi de lèse-majesteté du royaume, l'une des lois les plus restrictives au monde.
    La police a expliqué que le bâtiment serait bloqué par l'armée si le débat avait lieu, a indiqué le FCCT dans un communiqué publié lundi.
    Un message transmis au nom du Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), le titre officiel de la junte thaïlandaise.
    Aucun porte-parole de la junte n'a donné suite lundi aux sollicitations de l'AFP concernant cette interdiction.
    Il y a deux semaines, l'armée avait interdit un débat prévu par un groupe de juristes dans les locaux du FCCT et consacré aux droits de l'Homme en Thaïlande depuis le coup d'Etat de mai 2014.
    "Nous pensons que la loi est un sujet de discussion légitime, non seulement pour les Thaïlandais, mais aussi pour les étrangers qui vivent ou qui investissent en Thaïlande", ont regretté les dirigeants du FCCT dans leur déclaration.
    Depuis leur prise de pouvoir, les militaires ont fait de la lutte contre le crime de lèse-majesté leur cheval de bataille, dans un contexte de grande incertitude liée à la succession du roi Bhumibol Adulyadej, 87 ans, hospitalisé.
    Selon ILaw, un groupe de défense des droits de l’homme qui effectue une veille des cas de lèse-majesté, seules deux affaires étaient entre les mains de la justice juste avant le coup d’Etat. Il y en aurait en 46 actuellement.
    Quiconque reconnu coupable d'avoir insulté le roi, la reine, l'héritier ou le régent risque jusqu'à 15 ans de prison pour chaque chef d'accusation, ce qui entraine une grande autocensure des médias, y compris étrangers.
    Récemment, un homme de 58 ans a été condamné à 25 ans de prison pour la publication de cinq messages Facebook, un libraire de rue emprisonné pour une infraction datant de 2006 et une femme de 65 ans atteint de trouble psychiatrique pour comportement inapproprié envers un portrait du roi Bhumibol Adulyadej.

    « map-thaïTaxis »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :